Il y a deux ans exactement, nous avions partagé avec vous un article sur la nouvelle bourse du carbone afin d’expliquer, de manière simple, le fonctionnement de ce nouvel instrument économique. Vous l’avez manqué? Vous pouvez le relire ici. En fait, ce qui est merveilleux avec ce capitalisme revu et adapté à l’économie verte, c’est qu’il permet de récompenser les efforts des entreprises qui réduisent les GES (Gaz à effet de serre)  et de faire payer celles qui dépassent les cibles de réduction. Une bourse qui transige la pollution, c’était déjà un très grand pas. Et voici un autre grand pas qui voit le jour : le financement vert!

Comme nous l’avons fait chaque année depuis la mise en ligne de ce blogue, notre équipe a pensé vous partager quelques idées supplémentaires pour inclure tous les membres de la famille, y compris, pitou et minou, pour célébrer l’Halloween de manière économique et écologique. Il va s’en dire que déguiser votre chien, ou votre chat, doit se faire dans le respect de l’animal pour éviter de le blesser physiquement, même si son amour propre pourrait en prendre un coup, l’idée ici est de l’inclure dans la quête du plaisir avec les enfants. Les animaux adorent se sentir inclus, alors laissez aller votre imagination.

Une équipe de chercheurs de l'université Laurentienne vont tenter d'utiliser des bactéries pour dépolluer des résidus miniers empilés depuis des décennies dans la région. Les bactéries pourraient ingérer des produits chimiques qui se retrouvent dans les déchets miniers et ainsi éviter que l'eau qui s'y écoule ne soit contaminée. 

Une nouvelle piste de réflexion s'ouvre vers des procédés biologiques afin d'assurer une dépollution plus saine. 

Lire la suite

En cette période de rentrée scolaire, toutes les familles sont bien occupées aux préparatifs, dont le célèbre et angoissant magasinage de la rentrée. Des listes de matériels scolaires tout aussi nombreuses que bien précises nous rappellent que l’apprentissage a un coût. Un coût qui ne cesse d’augmenter selon une récente étude sur les dépenses de la rentrée scolaire qui indique une augmentation de 43,5%. Face à cet exercice inévitable, nous pouvons nous questionner sur la pertinence de ce capitalisme extrême. Comment pourrions-nous réviser cette grande dépense et tenter de réduire au maximum notre empreinte écologique au passage?

Nous avons déjà produit un article sur la question de l’emballage révélant que 9 produits sur 10 souffrent de suremballage. En Europe, la question est toujours d’actualité avec un sondage lancé par l’ ObSoCo en collaboration avec le All4Pack Paris 2016. Ils ont proposé cinq thèmes dans le but d’investiguer les attentes des consommateurs quant à l’avenir de l’emballage. Nous n’avons pas d’équivalent événementiel  ici au Canada, ou au Québec, mais nous avons une organisation EEQ (Éco Entreprise Québec) qui soutient les entreprises dans leurs défis de réduction d’emballage via l’initiative optimeco.ca . Cartonnerie Montréal s’est donc posé la question : que veulent les clients en matière d’emballage? Quelles seraient les priorités à développer pour un avenir plus écologique et économique pour l’emballage?